Exemple d’intervention (petite section de maternelle)

Intervention suite au décès du papa de Tom

Les faits :

Tom a 3 ans et est dans une classe de petits ; beaucoup d’enfants n’ont que 2 ans.

Le papa est mort suite à une longue maladie (cancer).

Prévoir un temps suffisamment long, si possible avant la récréation pour ne pas laisser les enfants repartir seuls juste après.

On peut s’attendre à ce que certains enfants pleurent, mais aussi que d’autres ne s’intéressent pas du tout à ce qui se passe. Rassurer en disant que c’est normal de pleurer et laisser à leurs occupations les élèves qui n’accrochent pas tout en restant attentif à leurs attitudes.

Pour la maîtresse, quelques spécificités du deuil chez l’enfant d’après Christophe Fauré : (site : www.traverserledeuil.com)

« Avant 2 ans, on ne peut pas dire que l’enfant a une véritable compréhension de la mort, mais il va, de toute évidence réagir à l’absence du parent décédé. Il va, par exemple, le rechercher partout dans les lieux où il avait l’habitude de le voir et demander sans cesse où il se trouve. Progressivement, il va renoncer à rechercher son parent disparu et doutera de plus en plus d’un retour possible. C’est à ce moment là qu’il faut rester vigilant sur les attitudes de l’enfant. »

« Entre 2 et 5 ans, le concept de mort est en cours de maturation. La confrontation avec les insectes ou des petits animaux décédés a déjà amené l’enfant à se poser des questions sur la mort. On remarque, d’ailleurs, que le petit enfant de deux-trois ans a une réelle approche de la mort ; celle-ci exerce sur lui une certaine fascination et éveille sa curiosité. Ce qui pour lui reste encore difficile à comprendre est le caractère permanent de la mort. Il reste alors très longtemps dans l’attente du retour de la personne décédée. […]

Même si on ne lui explique rien sur le décès, cela ne va en aucune façon, empêcher l’enfant d’essayer d’imaginer ce qui s’est passé. On ferait sûrement mieux de lui expliquer simplement les événements (et notamment les circonstances du décès) ».

Intervention :

La maîtresse demande à la maman l’autorisation de parler de cet événement en classe. C’est important de pouvoir parler de tous les événements qui changent la vie des enfants.

Cette intervention a pour but de reconnaître la peine de Tom, de lui montrer que l’on est attentif à ce qui se passe dans sa vie. C’est une possibilité de parler de la mort et d’employer « des mots simples et vrais » qui ne sont pas mal perçus par les élèves à cet âge. C’est une possibilité de montrer que les amis peuvent nous aider quand on est triste. Les élèves feront « un cadeau souvenir » pour Tom.

On peut se poser la question de faire l’intervention avec seulement les élèves de 3 ans ou ceux qui parlent… Nous pensons que même ceux qui ne parlent pas, ressentent des émotions et apprendront peut-être ce qui s’est passé… Dans la mesure où on ne les « oblige » pas à écouter, ils peuvent entendre…

La maîtresse rassemble les enfants et leur annonce qu’elle veut leur parler d’un événement important dans la vie de Tom. Son papa est mort.

Est-ce que vous savez ce que ça veut dire ? Laisser parler les enfants. Ne pas insister si rien ne vient.

Redire, reformuler ce qui est vrai.

Il ne vit plus. Tom ne pourra plus le voir. Son corps est enterré… Tom est triste.

Reprendre les erreurs en positivant :

Il ne va pas revenir, mais Tom continue de l’aimer. Tom regardera sa photo ; Tom en parlera avec sa maman. Sa maman va continuer à s’occuper de lui et va continuer à aimer Tom, même si elle est très triste…

Est-ce que vous avez déjà été triste parce que quelqu’un était mort ?

Même démarche : laisser parler les enfants et accueillir tous les témoignages, même si c’est pour la mort d’un animal. Reconnaître la tristesse de chacun.

Être attentif aux élèves qui n’ont pas de papa (divorce ou père inconnu)

Je vous propose de fabriquer un geste d’amitié pour Tom : son papa aimait beaucoup les fleurs ; nous allons fabriquer chacun une fleur. Nous les rassemblerons et ça fera un joli bouquet pour Tom.

Les enfants fabriquent les fleurs.

La maîtresse les rassemble et les donne en bouquet à Tom.

Éventuellement :

Qu’est-ce que Tom va faire de ce bouquet ?

Laisser les enfants répondre; toutes les idées sont bonnes.

Voir si les enfants connaissent le cimetière. Voir ce que Tom a perçu des funérailles.

Dire aux élèves qu’ils peuvent reparler de cet événement quand ils veulent.

Courrier aux parents :

Madame, Monsieur,

Je tiens à partager chaque événement important avec les élèves de la classe. J’ai donc annoncé à la classe le décès du papa de Tom pour que ses camarades manifestent leur amitié avec un dessin et expriment éventuellement leurs émotions.

Je pense qu’il est important que chaque parent reparle de cet événement avec son enfant.

Si vous le souhaitez, vous pouvez déposer une enveloppe en geste de sympathie dans le bureau de la directrice. Nous les remettrons à la maman de Tom avec celles de l’équipe enseignante.

Cordialement

Signature