Les spécificités du PROCESSUS DE DEUIL chez l’enfant et l’adolescent

Définition processus de deuil : processus naturel, spontané, inconscient automatique et immédiat de cicatrisation d’une plaie psychique suite à un décès (une perte). Le processus de deuil se fera qu’on le veuille ou non.

On retrouve les différentes étapes de chez l’adulte et nous ne donnons que les spécificités…

Ces étapes peuvent être précédées d’une phase de pré-deuil en cas de mort dite attendue, généralement dans un contexte de maladie grave. C’est la période de « fin de vie » ou de soins palliatifs. Les adultes proches vivent souvent alors une période assez paradoxale, trop courte et trop longue à la fois. Le malaise touche aussi les enfants avec un retentissement qui peut être perçu par les enseignants. Cette période offre la possibilité d’une préparation à la séparation et rend le choc de l’annonce du décès moins brutal.

La phase de choc et de sidération : Chez l’enfant, le choc peut se produire à distance quand il réalise que le défunt est mort « pour de bon » par exemple à l’occasion d’une nouvelle perte comme celle d’un animal de compagnie. La sidération peut être très brève, voire différée.

La phase d’errance se manifeste par intermittence, à travers des troubles somatiques et/ou du comportement, troubles que les adultes ont parfois du mal à relier avec la souffrance de l’enfant en deuil parce que très à distance du décès.  

La phase de reconstruction s’amorce pendant l’enfance mais les remaniements à l’œuvre se mettent à un moment, en suspens, avant d’être repris à l’âge adulte, à l’occasion d’un nouveau deuil, d’un nouvel attachement ou encore par exemple au moment de devenir parent.